Hyperandrogenie et obesite

Dans le cas du SOPK, les deux protocoles les plus utilisés sont le step-up et le step-down. Le step-up consiste à utiliser une dose initiale de FSH faible et de l'augmenter progressivement afin d'amener au seuil de la dominance un follicule ; dans le protocole step-down, la dose initiale de FSH est forte, sur une durée brève et est ensuite diminuée, afin de dégager quelques follicules qui deviendront ensuite dominants.

Intéressante est à présent l'utilisation de metformine. L'utilisation de ce biguanide est aussi intéressante en association avec la FSH et permet de diminuer le nombre des hyperstimulations, la durée de la phase folliculaire et le taux d'estradiol en période ovulatoire [45].

Les études portant sur la survenue de grossesse chez les femmes présentant un SOPK traitées par metformine sont rares. Il s'agit surtout d'études descriptives, dont l'objectif principal était la mise en évidence d'une amélioration des paramètres biologiques et la survenue de cycles ovulatoires [17][19]. Il a fallu attendre pour que des travaux évaluent l'action de la troglitazone en terme d'ovulation, chez des femmes présentant un SOPK [47][48][49]. Mitwally et al. Aucun événement indésirable n'est noté.

Ainsi, la troglitazone aurait pu être une alternative intéressante dans le traitement des troubles de l'ovulation chez les femmes atteintes d'un SOPK.

Toutefois, les hépatites décrites chez des diabétiques de type 2 traités avec cette molécule l'interdisent à présent. Le développement récent d'autres molécules de la même classe thérapeutique, moins hépatotoxiques, pourrait permettre peut être une utilisation plus large.

La capacité de la rosiglitazone ou de la pioglitazone à restaurer la fertilité du SOPK reste à prouver. Seul Cataldo et al rapportent le cas d'une femme de 25 ans SOPK, enceinte après 5 mois de traitement par rosiglitazone 4 mg par jour [51].

Quelques études ont été publiées sur l'emploi du kétoconazole lors de protocole d'induction de l'ovulation. Il semble améliorer l'efficacité du citrate de clomifène et de l'HMG et diminuer les hyperstimulations [52][53]. Toutefois, ce traitement est contre indiqué pendant la grossesse. En définitive, le traitement médical actuel de la dysovulation et de l'infertilité du SOPK devrait reposer selon des études convaincantes sur l'emploi de molécules insulino-sensibilisantes, et en particulier de la metformine [55].

Il n'a pas été noté d'effet tératogène de celle-ci. Le SOPK doit être considéré comme une maladie générale responsable de trouble des règles et d'hypofertilité mais aussi d'anomalies métaboliques, facteurs de risque vasculaire. C'est une maladie fréquente et aggravée par le mode de vie. La prise en charge doit être précoce, métabolique et hormonale et être adaptée à la demande de la malade.

SOPK : syndrome des ovaires polykystiques. SHBG : sex hormone binding globulin. LH : luteinizing hormone. FSH : follicular stimulating hormone. HDL : high density lipoprotein.

LDL : low density lipoprotein. AMM : autorisation de mise sur le marché. DHA : déhydroandrostènediol. Molecular progress in infertility: polycystic ovary syndrome. Fertil Steril ; 78 : Insulin and the Polycystic Ovary Syndrome.

N Engl J Med ; : Role of insulin resistance in human disease. Diabetes ; 37 : Definition, diagnosis and classification of diabetes mellitus and its complications. Part 1: diagnosis and classification of diabetes mellitus.

Provisional report of a WHO consultation. Diabetic Med ; 15 : Abrégés Masson, Predictive value of waist-to-hip ratio on cardiovascular risk events. Reduction in the incidence of type 2 diabetes with lifestyle intervention or metformine. Improvement in endocrine and ovarian function during dietary treatment of obese women with polycystic ovary syndrome. Clin Endocrinol ; 36 : Endocrine consequences of weight loss in obese, hyperandrogenic, anovulatory women.

Fertil Steril ; 61 : Clinical and hormonal characteristics of obese amenorrheic hyperandrogenic women before and after weight loss. J Clin Endocrinol Metab ; 68 : Effect of body reduction on plasma androgens in obese, infertile women. Fertil Steril ; 38 : Prevalence of diabetes mellitus, hypertension and cardiac complaints in a follow-up study of a Dutch PCOS population.

Association obesite 77 705

Hum Reprod ; 16 : Exercise decreases plasma total homocysteine in overweight young women with polycystic ovary syndrome. J Clin Endocrinol Metab ; 87 : Obesity, rather than cycle pattern or follicle cohort size, determines hyperinsulinaemia, dyslipidaemia and hypertension in ageing women with polycystic ovary syndrome. Clin Endocrinol ; 55 : Metformin therapy in polycystic ovary syndrome reduces hyperinsulinemia, insulin resistance, hyperandrogenemia, and systolic blood pressure, while facilitating normal menses and pregnancy.

Metabolism ; 43 : Menstrual cyclicity after metformin therapy in polycystic ovary syndrome. Obstet Gynecol ; 90 : Therapeutic effects of metformin on insulin resistance and hyperandrogenism in polycystic ovary syndrome. Eur J Endocrinol ; : Effects of metformin in insulin secretion, insulin action and ovarian steroidogenesis in women with polycystic ovary syndrome. J Clin Endocrinol Metab ; 82 : Can metformin reduce insulin resistance in polycystic ovary syndrome? Fertil Steril ; 65 : Effects of diet and metformin administration on Sex hormone-Binding Globulin, androgens, and insulin in hirsute and obese women.

J Clin Endocrinol Metab ; 80 : Metformine effects on clinical features, endocrine and metabolic profiles, and insulin sensitivity in polycystic ovary syndrome: a randomized, double-blind, placebo-controlled 6-month trial, followed by open, long-term clinical evaluation.

J Clin Endocrinol Metab ; 85 : Effect of long-term treatment with metformine added to hypocaloric diet on body composition, fat distribution, and androgen and insulin levels in adominally obese women with and without the polycystic ovary syndrome. Additive effects in insulin-sensitizing and anti-androgen treatment in young, nonobese women with hyperinsulinism, hyperandrogenism, dyslipidemia and anovulation.

The metabolic syndrome: peroxysome proliferator activated receptor gamma and its therapeutic modulation. J Clin Endocrinol Metab ; 88 : The insulin-sensitizing agent troglitazone improves metabolic and reproductive abnormalities in the polycystic ovary syndrome. J Clin Endocrinol Metab ; 81 : Nonhypoglycemic effects of thiazolidinedione. Ann Intern Med ; : Polycystic ovaries in pre and post-menopausal women.

Clin Endocrinol ; 44 : Risk factors for coronary artery disease in lean and obese women with polycystic ovary syndrome. Clin Endocrinol ; 37 : Effect of ketoconazole on plasma sexhormones, lipids, lipoproteins, and apoproteins in hyperandrogenic women. Metabolism ; 39 : Treatment of hirsutism by oral cyproterone acetate and percutaneous estradiol.

J Clin Endocrinol Metab ; 52 : Syndrome des ovaires polykystiques. Médecine de la Reproduction, 3 e édition. Paris : Médecine Sciences Flammarion, : Comparaison of spironolactone, flutamide, and finasteride efficacity in the treatment of hirsutism: a randomized, double blind, placebo-controlled trial. The effect of metformin on hirsutism in polycystic ovary syndrome.

Eur J Endocrinol ; Sensitization to insulin in adolescent girls to normalize hirsutism, hyperandrogenism, oligomenorrhea, dyslipidemia, and hyperinsulinsm after precocious pubarche.

Effects of metformin on adrenal steroidogenesis in women with polycystic ovary syndrome. Fertil Steril 72 : Troglitazone improves defects in insulin action, insulin secretion, ovarian steroidogenesis, and fibrinolysis in women with polycystic ovary syndrome. Reduction of andogenous, ovarian and adrenal androgens with ketoconazole does not alter insulin response in the polycystic ovary syndrome.

J Endocrinol Invest ; 17 : Metformin therapy improves the menstrual pattern with minimal endocrine and metabolic effects in women with polycystic ovary syndrome. Fertil Steril ; 69 : A comparative randomized multicentric study comparing the step-up versus step-down protocol in polycystic ovary syndrome.

Hum Reprod ; 18 : Pregnancy following use of metformin for ovulation induction in patients with polycystic ovary syndrome. Fertil Steril ; 77 : Effects of metformin on spontaneous and clomiphene-induced ovulation in the polycystic ovary syndrome. Effects of metformin on gonadotropin-induced ovulation in women with polycystic ovary syndrome.

Fertil Steril ; 72 : Metformine increases the ovulatory rate and pregnancy rate from clomiphene citrate in patients with polycystic ovary syndrome who are resistant to clomiphene citrate alone. Fertil Steril ; 75 : Pregnancy after treatment with the insulin-sensitizing agent troglitazone in an obese woman with hyperandrogenic, insulin-resistant acanthosis nigricans syndrome.

Hyperandrogenie et obesite

Fertil Steril ; 71 : Effect of troglitazone on endocrine and ovulatory performance in women with insulin resistance-related polycystic ovary syndrome. High ovulary rates with use of troglitazone in clominophene-resistant women with polycystic ovary syndrome. Hum Reprod ; 14 : Troglitazone improves ovulation and hirsutism in the polycystic ovary syndrome: a multicenter, double blind, placebo-controlled trial. J Clin Endocrinol Metab ; 86 : Improvement in insulin sensitivity followed by ovulation and pregnancy in a woman with polycystic ovary syndrome who was treated with rosiglitazone.

Fertil Steril ; 76 : J Assist Reprod Genet ; 18 : Attenuation of ovarian response by low-dose ketoconazole during superovulation in patients with polycystic ovary syndrome.

Ovulatory and metabolic effects of D-chiro-inositol in the polycystic ovary syndrome. A l'inverse, au niveau du cuir chevelu, se manifeste un éclaircissement des cheveux prédominant sur le vertex et respectant un léger liseré frontal. Parfois, au contraire, l'alopécie intéresse plutôt la lisière frontale et les golfes frontaux. Une acné peut parfois apparaître mais cela est assez rare. Parfois, certaines hyperandrogénies sont très importantes et peuvent être soupçonnées sur l'apparition brutale et importante des signes cliniques.

Il est préférable d'utiliser de la progestérone naturelle utrogestan par exemple. Si les signes d'hyperandrogénie sont déjà importants, il faut recourir à l'emploi de l'acétate de cyprotérone, dont la dose sera fonction de l'importance des signes cliniques.

Bien entendu, des traitements locaux pourront être indispensables: - épilation, mais sous couvert d'un traitement hormonal substitutif, - le minoxidil pourra être utilisé en lotion pour traiter une alopécie, - enfin, dans les cas d'alopécie importante du vertex, des microgreffes de cheveux pourront être envisagées. Les symptômes de l'hyperandrogénie féminine Le terme générique "androgènes" regroupe les différentes hormones stéroïdiennes mâles parmi lesquelles figurent l' androstènedionela dehydro-androstènedione ou encore la delta 4 androstènedione.

Lorsque l'une ou plusieurs de ces hormones sont sécrétées en excès par les ovaires ou les glandes surrénales, différentes manifestations cliniques sont susceptibles de survenir. D'un point de vue purement gynécologique, l'hyperandrogénie peut occasionner une aménorrhée, une oligo-spanioménorrhée, des kystes ovariens ou encore des métrorragies.

Des troubles dermatologiques peuvent également apparaître : acnéalopéciehirsutisme … En outre, des perturbations endocriniennes et métaboliques complètent parfois le tableau clinique. Dans la majorité des cas, l'hyperandrogénie résulte d'un dysfonctionnement ovarien ou surrénal.

Botox danger ios streaming

L'hyperandrogénie ovarienne fonctionnelle révèle généralement un syndrome des ovaires polykystiques même si de nombreux autres facteurs peuvent induire cette surproduction androgénique.

L'hyperplasie congénitale des surrénales constitue la seconde étiologie de l'hyperandrogénie féminine. Rare, cette pathologie génétique se traduit par une virilisation des filles au cours du développement embryonnaire, pouvant se poursuivre en l'absence de traitement.

Afin de confirmer son diagnostic et de déterminer l'origine de l'hyperandrogénie, le gynécologue préconise un bilan hormonal complet auquel pourront s'ajouter des examens médicaux complémentaires : radiographie, échographie pelvienne, IRM En complément de mesures hygiénico-diététiques, le syndrome des ovaires polykystiques nécessite parfois l'administration d'anti-androgènes ou d'oestroprogestatifs afin de réduire les signes d'hirsutisme et d'acné.

L'option chirurgicale est privilégiée en cas de tumeurs virilisantes de l'ovaire ou de la surrénale.

L'hyperplasie congénitale des surrénales, quant à elle, requiert un traitement à base d'hydrocortisone et de 9a-fludrocortisone.