Azzalure to botox conversion

Troubles généraux et réactions au site d'administration. Troubles vasculaires. Rides latérales périorbitaires observées lors d'un sourire forcé rides de la patte d'oie. Très fréquent :. Ptose de la paupière, sécheresse oculaire.

Ptose du sourcil. Asymétrie faciale, Effet Mephisto élévation latérale du sourcil. Troubles gastro-intestinaux. Un syndrome pseudo-grippal et des réactions d'hypersensibilité telles que gonflement, oedème également à distance du site d'injectionérythème, prurit, rash localisé ou généralisé ainsi que des cas d'essoufflements ont été rapportés.

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Flacon verre de type Imuni d'un bouchon caoutchouc bromobutyle et d'une bague de sécurité aluminium. En cas d'asthénie, de faiblesse musculaire, de vertiges, de troubles de la vision ou d'affaissement des paupières, la conduite ou débuter une activité potentiellement dangereuse doivent être évitées. Avant toute administration de BOCOUTURE, les médecins doivent se familiariser à l'anatomie du patient et à toute modification anatomique consécutive à des traitements chirurgicaux antérieurs.

Il est important de noter que les rides horizontales du front peuvent être d'origine dynamique mais peuvent également résulter d'une perte d'élasticité du derme par exemple liée au vieillissement ou aux méfaits du soleil. Dans ce cas, le patient peut ne pas répondre à un traitement par toxine botulinique. Diffusion locale ou à distance de la toxine. Des effets indésirables, liés à une injection mal ciblée de toxine botulinique de type A peuvent temporairement paralyser les muscles situés à proximité.

Des effets indésirables pouvant être liés à la diffusion de la toxine botulinique de type A à distance du site d'injection ont été rapportés voir rubrique Effets indésirables.

Toxine botulique de type A, tentons d’y voir plus clair

Les patients traités à dose thérapeutique peuvent présenter une faiblesse musculaire excessive. Les patients et leur entourage doivent être avertis de la nécessité de consulter immédiatement un médecin en cas d'apparition de troubles de la déglutition, de l'élocution ou de troubles respiratoires.

Des réactions d'hypersensibilité ont été rapportées avec la neurotoxine botulinique de type A. Des doses trop fréquentes peuvent augmenter le risque de formation d'anticorps et conduire à un échec thérapeutique voir rubrique Posologie et mode d'administration. La formation potentielle d'anticorps peut être minimisée par l'administration de la plus petite dose efficace indiquée et ce, dans le respect des intervalles d'injection minimum entre 2 sessions. Classe pharmacothérapeutique : autres myorelaxants, agent à action périphérique.

La neurotoxine botulinique de type A bloque la transmission cholinergique au niveau de la jonction neuromusculaire en inhibant la libération d'acétylcholine. Ces terminaisons nerveuses ne répondent plus aux impulsions nerveuses empêchant la sécrétion des neurotransmetteurs au niveau des plaques motrices dénervation chimique. La récupération d'une transmission par impulsion est rétablie par la formation de nouvelles terminaisons nerveuses et la reconnexion aux plaques motrices.

Le mécanisme d'action de la toxine botulinique de type A sur les terminaisons nerveuses cholinergiques peut être décrit par un procédé séquentiel en quatre temps :. Un total de sujets présentant des rides glabellaires d'intensité modérée à sévère au maximum du froncement des sourcils ont été inclus dans des études avec BOCOUTURE.

Le critère d'efficacité était défini par les investigateurs à la semaine 4 comme un score nul ou faible sur une échelle en 4 points Facial Wrinkle Scale au maximum du froncement. Ceci a été confirmé par un plus grand nombre de répondeurs à J30 évalué par l'investigateur et le patient sur l'échelle Facial Wrinkle Scale au maximum de froncement, montrant une proportion significativement plus grande de répondeurs chez les patients recevant 20U de BOCOUTURE comparativement au groupe placebo.

L'efficacité du traitement définie comme une amélioration par rapport à l'état initial d'au moins un point sur une échelle en 4 points a été déterminée par un évaluateur indépendant à l'aide de photographies numériques standardisées prises au niveau de la zone périorbitaire lors d'un sourire forcé. Le plus grand nombre de répondeurs a été observé à J30 selon une échelle en 4 points lors d'un sourire forcé au cours de l'évaluation de l'effet par l'investigateur et par le patient lui-même.

L'efficacité et la tolérance d'injections de 54 à 64 unités de BOCOUTURE dans le traitement combiné des rides du tiers supérieur du visage rides glabellaires, rides latérales périorbitaires, rides horizontales du front ont été évaluées dans une étude de phase III incluant sujets.

Les répondeurs étaient définis par l'investigateur comme présentant un score nul ou faible lors du haussement maximal des sourcils sur une échelle en 5 points Merz Aesthetic Scales. Les résultats ont montré une différence statistiquement significative et un taux de répondeurs plus élevé dans le groupe BOCOUTURE pour le traitement isolé des rides glabellaires, des rides latérales périorbitaires ou des rides du front ainsi que pour le traitement combiné de ces zones.

La sécurité et la tolérance à long terme de 54 à 64 unités de BOCOUTURE ont été démontrées dans une étude phase III, prospective, en ouvert, à dose répétée sur une durée de traitement supérieure à 1 an, avec 4 injections consécutives pour un total de patients traités pour des rides du tiers supérieur du visage modérées à sévères.

L'Agence européenne des médicaments a accordé une dérogation à l'obligation de soumettre les résultats d'études réalisées avec BOCOUTURE dans tous les sous-groupes de la population pédiatrique dans le traitement des rides d'origine musculaire voir rubrique Posologie et mode d'administration pour les informations concernant l'usage pédiatrique. En théorie, l'effet de la neurotoxine botulinique peut être potentialisé par les aminosides ou par d'autres médicaments qui bloquent la transmission neuromusculaire, tels que les myorelaxants de type tubocurarine.

Les myorelaxants périphériques sont à utiliser avec précaution ; au besoin en diminuant leur dose de départ ou en utilisant une substance à action intermédiaire comme le vécuronium ou l'atracurium plutôt que des substances ayant des effets prolongés. Ce médicament ne doit pas être mélangé avec d'autres médicaments à l'exception de ceux mentionnés dans la rubrique Instructions pour l'utilisation, la manipulation et l'élimination.

Des doses importantes de toxine botulinique peuvent provoquer, à distance du site d'injection, l'apparition d'une paralysie neuromusculaire prononcée avec une variété de symptômes. Les symptômes peuvent se traduire par une faiblesse généralisée, une ptose, une diplopie, un trouble de la respiration ou de l'élocution, une paralysie des muscles respiratoires ou des difficultés de déglutition pouvant conduire à une pneumopathie d'inhalation.

En cas de surdosage, une surveillance médicale des symptômes évocateurs d'une faiblesse musculaire excessive ou une paralysie musculaire doit être mise en place. Un traitement symptomatique peut être nécessaire, voire une assistance respiratoire en cas de paralysie des muscles respiratoires. Il n'existe pas de données pertinentes sur l'utilisation de la toxine botulinique de type A pendant la grossesse. Les études chez l'animal ont mis en évidence une toxicité sur la reproduction voir rubrique Données de sécurité précliniques.

Le risque potentiel chez l'Homme n'est pas connu. Il n'existe pas de données quant à l'excrétion de la neurotoxine botulinique de type A dans le lait maternel. Aucun effet sur la fertilité du lapin mâle ou femelle n'a été mis en évidence voir rubrique Données de sécurité précliniques. Médicament soumis à prescription médicale Liste I. Les médicaments sur liste I cadre rouge sur la boîte ne peuvent être délivrés que pour la durée de traitement mentionnée sur l'ordonnance.

Médicament réservé à l'usage professionnel selon l'article R du Code la Santé Publique. Prescription réservée aux spécialistes en chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique, en dermatologie, en chirurgie de la face et du cou, en chirurgie maxillo-faciale et en ophtalmologie.

Menu Dossiers. BeautyLab Doctipharma. Un article Un médicament. Forums Médicaments. Interactions Surdosage Grossesse et allaitement Autres informations. Rides péri-oculaires Ride verticale intersourcilière Ride horizontale du front.

Effets indésirables liés à la classe Une faiblesse musculaire localisée est un effet pharmacologique attendu de la toxine botulinique de type A.

Azzalure to botox conversion

Diffusion de la toxine En traitant d'autres indications avec la toxine botulinique de type A, des effets indésirables liés à la diffusion de la toxine à distance du site d'injection - de type faiblesse musculaire excessive, dysphagie et pneumopathie d'inhalation d'issue parfois fatale - ont été très rarement rapportés voir rubrique Mises en garde et précautions d'emploi. Infections et infestations Peu fréquent : Bronchite, rhino-pharyngite, syndrome pseudo-grippal Troubles psychiatriques Peu fréquent : Insomnie.

Troubles du système nerveux Fréquent : Maux de tête. Troubles généraux et réactions au site d'administration Fréquent : hématome au site d'injection. Rides du tiers supérieur du visage Les effets indésirables suivants ont été rapportés avec BOCOUTURE : Troubles du système nerveux Très fréquent : Maux de tête Fréquent : Hypoesthésie Troubles généraux et réactions au site d'administration Fréquent : hématome au site d'injection, douleur à l'injection, érythème au site d'injection, gêne sensation de lourdeur au niveau du front.

Déclaration des effets indésirables suspectés La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Contre-indications : quand ne pas utiliser ce médicament?

Présentation de ce médicament Flacon verre de type Imuni d'un bouchon caoutchouc bromobutyle et d'une bague de sécurité aluminium.

Boîtes de 1, 2, 3 ou 6 flacons. Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées. Aspect et forme Poudre pour solution injectable. Poudre blanche. Rappl et coll. Cependant, en pratique courante, nombre de nos patients restent satisfaits audelà des 5 mois après plusieurs séances. Mais, concernant les indications esthétiques, il est vrai que les études à long terme manquent. Figure 1.

Lowe et coll. Karsai et coll. Les résultats sont jugés sur photographies et avis des patientes. Toutefois, la littérature apporte-t-elle la réponse aux questions suivantes : la diffusion diffère-t-elle selon la toxine?

Figure 2. Rôle des protéines annexes Les protéines annexes sont différentes selon les toxines. Cette hypothèse émise par L. Cheng et coll. Pickett et coll. Ipsen 18K.

Wolhfarth et coll. Eisele et coll. Trindade de Almeida et coll. Mais, D. Hexsel et coll. Une étude est en cours M. Kerscher, sponsor Merz comparant les halos de diffusion des toxines Merz, Ipsen et Allergan chez 29 femmes.

Le volume injecté est donc le facteur important tableaux 2, 3 et 4. Cette étude confirmée, cela devrait mettre fin à beaucoup de discussions. Krystkkowiak Attention, pour des raisons réglementaires ce site est réservé aux professionnels de santé.

Si vous êtes déjà inscrit, connectez vous : Se connecter.

Si vous n'êtes pas encore inscrit au site, inscrivez-vous gratuitement : Je m'inscris. Cosmétologie, Esthétique 23 jan Prise en charge des cicatrices hypertrophiques et chéloïdes Ewa GUIGNÉ, Paris Les cicatrices hypertrophiques et chéloïdes sont dues à un processus de cicatrisation pathologique lié à production excessive de collagène, une augmentation du nombre des fibroblastes, une hypervascularisation Haut de page.