Hta obesite femme

Le nombre d'individus de sexe masculin jugés obèses est peu important. Chez les femmes, l'obésité est relativement élevée entre ans. L'obésité est élevée entre 35 et 49 ans. L'obésité affecte trois femmes cri sur cinq environ. La relation linéaire entre l'excès de poids, l'obésité et l'âge ainsi que l'effet de plateau ne sont pas observés.

Cependant, les groupes d'âge 30 à 54 ans apparaissent plus affectés que les autres pour les deux sexes. Pour les Cri, les résultats confirment ceux d'autres études. Dans notre étude, la prévalence de l'obésité est moins aiguë chez les hommes que chez les femmes, mais pour les deux sexes les proportions sont nettement plus élevées que chez les Inuit. L'analyse géographique de l'obésité par villages est délicate à cause du faible nombre des effectifs.

D'autres communautés présentent des proportions similaires mais les effectifs sont réduits, c'est le cas d' Aupaluk et de Kangiqsualujjuak. Elle est aussi très forte dans les autres villages. Obésité et pression artérielle. Les pressions artérielles systolique et diastolique sont plus élevées chez les Cholesterol regime a faire que chez les Inuit, chez les hommes que chez les femmes.

Dans une population caucasienne, la fréquence de l'hypertension artérielle ou HTA varie avec l'âge. Elle est moins fréquente chez la femme jeune que chez l'homme d'âge comparable. En revanche, sa fréquence augmente chez la femme à partir de 55 ans environ, avec la ménopause. Ces caractéristiques sont vérifiées pour les Cri à partir de 45 ans, mais non pour les Inuit.

Les différences entre les valeurs moyennes de la systolique et de la diastolique entre populations, et entre sexes d'une même. Ces proportions incluent les individus chez qui on avait diagnostiqué l'hypertension antérieurement, ou qui consomment des médicaments contre cette maladie.

Pour les deux pressions artérielles, les résultats sont très significatifs sauf la mesure systolique chez les hommes inuitles individus avec excès de poids ou obèses ont tendance à avoir des pressions artérielles élevées par rapport aux individus qui ont un poids jugé normal selon les seuils de la classification.

Ces résultats confirment ceux trouvés dans d'autres études; les auteurs suggèrent que l'excès de graisse accroît la résistance à la diffusion périphérique du sang et constitue un facteur de risque à l'hypertension, mais il faut noter que des pressions artérielles élevées peuvent être aussi le résultat d'autres pathologies, les infections du foie par exemple Dressier, La même démarche a été suivie à l'échelle des villages.

Hypertension et Obésité

Pour les hommes inuit, les différences des pressions artérielles entre individus avec excès de poids et obèses par rapport aux individus avec poids normal ne sont pas significatives dans quatre villages dont Aupaluk et Kangiqsuallujjuaq et seule la diastolique l'est à Whapmagoostoo.

Pour les femmes, l'hypothèse d'une différence des pressions artérielles entre les deux groupes est acceptée pour tous les villages sauf deux, et dans le cas de Kangiqaujjuak seule la diastolique présente des différences significatives. Chez les Cri des deux sexes les résultats sont tous significatifs mais seule une des mesures l'est pour les hommes à Eastmain systolique et à Waswanipi diastolique. Nous avons indiqué ci-dessus qu'il existait des différences importantes selon les indicateurs de morbidité et de mortalité entre les régions du littoral et de l'intérieur pour les Cri, et celles de la baie d'Hudson et de la baie d'Ungava pour les Inuit.

Nous avons donc calculé la corrélation partielle entre la pression systolique d'une part, et. Quaqtaq, Salluit et Kuujjuarapik n'ont pas participé à la partie de l'enquête. Ces calculs ont été effectués pour chacune des quatre régions et selon le sexe tabl.

Chez les Cri on note que le poids et l'IMC sont associés à chacune des deux mesures de la pression artérielle. Seul le modèle chez les hommes de l'intérieur est différent: la taille est ici aussi statistiquement significative tant pour la systolique que la diastolique.

Pour les Inuit on remarque des différences entre les deux régions et entre les sexes. Chez les hommes de la baie d'Hudson le modèle n'est pas vérifié, et les résultats sont contradictoires chez ceux de la baie d'Ungava. Seul celui de la baie d'Hudson chez les femmes correspond à ceux décrits chez les Cri, c'est-à-dire que les mesures de la pression artérielle varient avec le poids et l'IMC mais non avec la taille des individus.

Flicker et Apfelbaum, citent par exemple les facteurs familial et social. Les études nord-américaines et européennes démontrent clairement l'existence de groupements familiaux. Le facteur familial est souvent avancé pour expliquer les obésités accusées et il aurait un rôle dans l'environnement nutritionnel durant l'enfance. Selon d'autres études, la fréquence de l'obésité chez les femmes serait plus élevée dans les classes sociales les plus modestes.

Un gradient comparable a été retrouvé pour une variété large d'affections, dont l'hypertension, à côté de facteurs spécifiques tels que les habitudes nutritionnelles, la sédentarité, le tabagisme Corrélations partielles entre la pression systolique, la pression. Région baie Hudson.

Région baie Ungava. Selon Fricker et Apfelbaumles recherches plus récentes s'interrogent sur la responsabilité du métabolisme dans l'obésité puisque celle-ci se caractérise par un stockage d'énergie sous forme de graisses. L'origine de ces troubles énergétiques peut être héréditaire, comme l'indique le déficit du métabolisme de base des Indiens et la diminution de l'effet thermique des aliments dans certaines familles. Il est parfois difficile de distinguer. Nous avons extrait des questionnaires quelques facteurs susceptibles d'être associés avec l'obésité: l'âge, le tabagisme, la consommation d'alcool, le statut marital, l'emploi et la fréquence des activités traditionnelles.

Nous avons noté que les valeurs de l'IMC et des pressions artérielles tendent à augmenter avec l'âge. Nous aurions pu entrer cette variable comme cofacteur dans le modèle. Nous avons préféré l'utiliser comme variable indépendante. L'âge est la seule variable de forme continue. Le tabac et l'alcool ont été choisis comme indicateurs du mode de vie, mais seul le tabagisme a une relation indirecte avec l'obésité.

L'analyse des données de l'Enquête Santé-Canada démontre que l'âge, le statut marital, le tabagisme, le revenu familial et l'éducation sont associés à l'IMC pour les deux sexes Evers, Comme, dans notre enquête, nous n'avons pas de mesure directe du revenu, nous avons retenu l'emploi. Pour l'éducation, il est difficile de distinguer entre les sujets ayant terminé leur scolarité primaire ou secondaire car une très grande majorité, surtout chez les Inuit, n'ont atteint que le niveau primaire.

Par conséquent, cette variable n'a pas été sélectionnée. La fréquence des activités traditionnelles en hiver a été retenue, à défaut d'avoir le nombre d'individus qui participent au programme de sécurité de revenu pour la chasse et le piégeage. L'analyse de régression log-linéaire par étapes a été choisie à cause de la forme des variables et, en particulier, de la variable dépendante; la proportion de sujets obèses. Le programme mesure l'association entre les variables qualitatives et leurs interactions.

L'interprétation des coefficients de régression est similaire à celle d'une analyse de régression classique BMDP,chap. Le tableau V indique les résultats de l'analyse en deux parties selon que l'on inclut ou non l'âge. Elle ne devrait pas ête inférieure à 2,0 si l'on veut la considérer comme un bon prédicteur. Pour les femmes inuit, c'est le cas de la variable emploi. Le signe est important: la consommation d'alcool chez les femmes inuit est associée aux sujets non obèses.

Dans la seconde partie du tableau, la variable emploi salarié est associée aux sujets non obèses dans les quatre modèles de Kue Young; par contre, le statut marital est associé aux sujets obèses.

L'association négative entre le tabac et l'obésité n'apparaît que chez les Cri; il semble que l'usage très répandu du tabagisme dans ces populations efface les associations entre catégories de variables. Enfin, si l'on se reporte aux tests de prédiction, en particulier celui de Brown, on note que le modèle logistique s'ajuste mieux aux données lorsque la variable âge n'est pas incluse.

Celle-ci devrait être considérée comme une variable à contrôler comme nous l'avons fait dans l'analyse de corrélation. L'association entre l'obésité et l'hypertension est largement reconnue dans les populations caucasiennes. On a essayé dans cette recherche de la vérifier dans des populations dont le comportement démographique est similaire à celui dégagé dans les modèles épidémiologiques de transition. Les résultats démontrent que l'obésité est plus répandue.

Tableau V Résultats de l'analyse de régression par étapes. Activités traditionnelles. La prévalence élevée de l'obésité chez les Indiens n'est pas contestée par les chercheurs, qui avancent, comme origine divers troubles énergétiques Fricker et Apfelbaum, Si la part de l'hérédité n'est pas négligeable, on ne saurait oublier l'environnement nutri- tionnel.

À cet égard, constatons que les Cri, du fait de leur localisation géographique, ont des contacts plus fréquents que les Inuit avec les Blancs. D'autre part, il se peut que l'obésité fasse partie du vécu des Cri, qu'elle renvoie à une. La partie de l'enquête sur les habitudes nutritionnelles ne nous permet pas d'évaluer la proportion précise des hydrates de carbone, d'aliments sucrés dans l'alimentation quotidienne de ces populations.

Toutefois, on notera, selon les données de l'analyse biochimique, que les valeurs du cholestérol et du glucose, en comparant le premier et le dernier quartile, sont nettement plus élevées chez les Cri que les Inuit de 15 à 44 ans Thouez et al. Les différences entre Cri et Inuit de sexe masculin, d'une part, et les femmes cri et inuit de l'autre, sont largement significatives.

Deuxièmement, nos résultats confirment l'hypothèse que les sujets obèses sont hypertendus. Dans l'enquête épidé- miologique, nous avons demandé si le médecin avait diagnostiqué l'hypertension chez les répondants.

De même, l'association entre l'obésité et les problèmes cardiaques diagnostiqués par un médecin n'est significative que pour les Cri des deux sexes, elle l'est pour les Inuit de sexe masculin si l'on ajoute aux obèses ceux qui ont un simple excès de poids. Troisièmement, nous avons essayé de dégager les prédic- teurs de l'obésité. Faute de données détaillées et précises sur les habitudes nutritionnelles, seules quelques variables en rapport avec le mode de vie ont été retenues.

Dans la première famille des modèles, l'âge apparaît nettement comme le meilleur prédicteur de l'obésité. Dans la seconde famille, l'analyse de régression logistique sélectionne l'alcool et le tabac pour les femmes seules, inuit dans le premier cas, cri dans le second.

Si les associations vont dans le sens de l'hypothèse, on peut être surpris que ces facteurs ne soient pas inclus chez les hommes. L'alcoolisme et surtout le tabagisme sont répandus dans ces populations. De même, il apparaît surprenant que l'obésité soit associée aux emplois non salariés, pour les deux sexes et pour les deux populations. Comme cette catégorie englobe les chômeurs, elle peut correspondre aussi aux dérèglements psychologiques dus à l'anxiété, aux stress induits par.

Les différences entre ces deux groupes sont significatives. La catégorie non salariée a des valeurs sys- tolique et diastolique plus élevées que la catégorie salariée. Il en résulte que la dimension sociale doit être considérée comme un cofacteur de l'obésité et de l'hypertension. S'il est plus difficile de dégager les variations entre les villages à cause du nombre réduit des effectifs, nous avons observé l'importance de l'obésité d'un village à l'autre; il peut en être de même pour les facteurs de risque.

Dans ce sens, il est possible de moduler les actions de prévention à cette échelle, même si l'obésité est un problème de santé publique sérieux, en particulier chez les Cri. Dans cette population, des enquêtes nutritionnelles précises devraient être entreprises pour savoir ce qu'ils mangent et en quelle quantité et pour évaluer les apports alimentaires au regard des dépenses énergétiques.

La démarche du géographe de la santé a largement été orientée vers l'analyse de statistiques, d'informations agrégées à l'échelle d'unités, le plus souvent administratives, l'insertion des données d'enquêtes introduit une nouvelle dimension en termes de conceptualisation de projet et d'analyse des données. Elle ne saurait être isolée des travaux anthropologiques et ethnologiques qui conçoivent la santé dans son environnement global ou multifactoriel.

Dans ce sens, cette recherche peut être considérée comme un apport préliminaire à une nouvelle direction de recherche en géographie de la santé. BMDP Borjntorp P. In Bjorntorp P. Health implications of regional obesity. Choiniere R. Recherches amérindiennes au Québec, 18, 1, Courteau J. Dale T. Ecology of Food and Nutrition, 14, Dennett G. Current Anthropology, 29, 2, Dressler W. Hypertension and Culture Change.

New York: Redgrave, 57 p. Ekoe J. Evers S. Nutrition Research, 7, Florey C. Journal of Chronical Disease, 23, Foggin P.

Social Science and Medicine, 29, 5, Fricker J. La Recherche, Paris, 20, Graves T. Medical Anthropology, 2, Jouve A. Épidémiologie de l'hypertension artérielle. Merck, Paris: Sharp et Dohne. Kue Young T. American Journal of Clinical Nutrition, 49, Labbe J. Inuit, Etudes I Inuit Studies, 5, La Rusic I. Recherches Amérindiennes du Québec, p. Levasseur M. Évolution de la mortalité chez les Inuit du Nouveau Québec de à Mémoire de maîtrise.

Université de Montréal: Département de démographie. Lopez A. Annales de géographie, Millar W. American Journal of Public Health, 77, 1, Norusis M. Chicago: SPSS, p. Onram A. Milbank Memorial Fund, 9.

Le Nord du Québec: profil régional. Paige D. New York: Tavistock, Patrick R. C, Prior I. C, Smith A.

Régime pour maigrir en 2 semaines fr

International Journal of Epidemiology, 8, Philipps D. Picheral H. L'Espace géographique, XI, 3, Robinson E. La santé des Cris de la Baie James. Roche A. The American Journal of Clinical Nutrition, 34, Stern M. Health, Implications of Regional Obesity. Acta Medica Scandinavian Symposium Series, 4. Stockholm: Almquest et Wiksell International, p. Thouez J. Science and Medicine, 29, 8, Le Géographe canadien, 33, 1, Turpin G.

Prévenir l'infarctus. Facteurs de risque, les maladies cardio-vasculaires. Paris: Éditions Mengès, p. Géographie de la santé et mode de vie : l'obésité et l'hypertension artérielle chez les Cri et les Inuit du Nord du Québec [article] J. De plus, l'hyperinsulinémie est associée à une augmentation de la réabsorption de sodium par le tubule proximal, ainsi que par des altérations des concentrations cellulaires de sodium et de potassium qui ont pour effet une augmentation de la résistance vasculaire périphérique et contribuent ainsi à l'hypertension.

La relation entre obésité et hypertension artérielle est observée dans toutes les populations, âges, groupes ethniques, et ceci tant chez l'homme que chez la femme.

Il y a peu d'évidence à l'heure actuelle sur des différences sexuelles dans l'hypertension liée à l'hyperinsulinémie. Une étude comparant hommes et femmes a montré que l'hyperinsulinémie et l'obésité sont, de manière indépendante, associées à une augmentation de la pression artérielle, mais ceci sans variation significative entre les deux sexes.

Hta obesite femme

Il a été montré chez 38 femmes développant une hypertension sous contraceptifs oraux COcomparées à 38 femmes hypertendues ne prenant pas de CO, une augmentation du taux d'albuminurie, pour un même niveau de pression artérielle. Dans cette étude, le système rénine-angiotensine ne semblait pas jouer de rôle prédominant dans le maintien de l'élévation de la pression artérielle et dans les changements de l'hémodynamique rénale.

Lorsqu'on a administré du captopril, l'activité de la rénine plasmatique était plus élevée, mais les variations de pression artérielle et de l'hémodynamique rénale induites par le captopril étaient les mêmes dans les deux groupes.

De notre côté, nous avons mené une étude chez dix-sept femmes normotendues ne prenant pas de CO dans la phase lutéale, et chez onze femmes normotendues sous CO. On a observé tableau 3 que la prise de CO n'affecte pas la courbe pression-natriurèse chez les femmes normotendues. Ainsi, les femmes recevant des CO ne deviennent pas plus sensibles au sodium et ne prennent pas plus de poids.

En régime hypersodé, les femmes sous CO ont une augmentation du taux de filtration glomérulaire GFR et de la fraction de filtration. Chez les femmes sous CO recevant une diète riche en sel, l'augmentation de la fraction de filtration pourrait être attribuée à une plus faible suppression du système rénine-angiotensine, induisant ainsi une vasoconstriction postglomérulaire et une hyperfiltration glomérulaire.

Les hormones féminines jouent un rôle important en physiologie cardiovasculaire, en exerçant une modulation sur les systèmes de régulation.

Leur effet vasodilatateur n'est pas toujours évident cliniquement en raison de la rétention hydrosodée et de l'augmentation de volume plasmatique qu'elles peuvent induire. Dans l'hypertension liée à l'obésité, c'est plutôt du déséquilibre entre les hormones féminines et masculines, et de leur impact sur la distribution graisseuse, que découlent les complications métaboliques. Dans les études cliniques ultérieures, il faudrait idéalement prendre en compte la phase du cycle menstruel, et le statut hormonal en général, pour obtenir des données plus précises sur la physiopathologie et l'interaction hormones féminines-systèmes neurohormonaux, afin d'établir une thérapeutique plus ciblée.

Hypertension artérielle chez la femme :une autre physiopathologie? Pechère-Bertschi, M. Burnier F. Rev Med Suisse ; volume Résumé L'hypertension artérielle est l'une des conditions les plus fréquemment rencontrées en cabinet et est un facteur majeur favorisant l'infarctus du myocarde et l'attaque cérébrale. Introduction Malgré les progrès dans la compréhension de la physiopathologie de l'hypertension, les données actuelles sont insuffisantes pour préconiser une prise en charge de l'hypertension qui tiendrait compte du sexe des patients.

Et la progestérone? Quel est le lien avec l'hypertension artérielle? Hypertension artérielle chez la femme. Med Hyg ; 55 : Le traitement anti-hypertenseur chez la femme. Med Hyg ; 57 : Re- cherche clinique et femmes : le biais d'exclusion. Med Hyg ; 58 : Sex hormones and normal cardiovascular physiology in women. London : Martin Dunitz, ; Estradiol therapy combined with progesterone and endothelium-dependent vasodilation in postmenopausal women.

Circulation ; 98 : Circulation ; 97 : Salt sensitivity of blood pressure in humans. Hyper- tension ; 27 : A gender difference in the association between salt sensitivity and family history of hypertension. Hypertension ; 5 : Blood pressure and renal haemodynamic response to salt during thenormal menstrual cycle. Clin Sci ; 98 : Circulation ; 81 : Hyperinsuli- nemia, upper body adiposity, and cardiovascular risk factors in non-diabetics. Metabolism ; 37 : Insulin and androgen relationships with abdominal body fat distribution in women with and without hyperandrogenism.

Horm Res ; 39 :